Blog / 2019 / Libère Frida: L’Affaire de Nina Shope et Frida Kahlo Corporation

14 novembre 2019

Si vous aimez quelqu’un, libérez-le. Ceci est vrai pour les personnes qui vous sont chères, mais aussi pour votre art, comme en témoignent l’affaire de Nina Shope et Frida Kahlo Corporation.

Ce qui s’est passé:

Le droit d’auteur de Frida Kahlo a expiré en 2004, cinquante ans après le décès de l’artiste. Cela a complètement libéré l’œuvre de Kahlo pour tous usages: de la reproduction directe à la réinvention plus inspirée de son œuvre que les artistes contemporains adorent faire.

Mais, sans que nous le sachions, un nouveau type de revendication de propriété était en train d’être développé. En 2003, la petite-nièce de l’artiste, Isolda Pinedo Kahlo, a commencé le processus pour enregistrer des marques commerciales sur le nom de sa tante, ainsi que sur l’ensemble de son œuvre.

Les marques commerciales diffèrent du copyright de manières que je ne comprends pas tout à fait, mais dans cette situation ce qui est important est que, contrairement au droit d’auteur, une marque commerciale n’expire pas après une période déterminée. Les marques commerciales peuvent être enregistrées officiellement, mais elles sont basées sur leur utilisation. Cela veut dire que, pour revendiquer les droits d’une marque, vous devez utiliser le matériel associé à la marque dans le commerce comme moyen d’indiquer la source des produits et services—comme dans l’étiquetage ou la promotion. En d’autres termes, une marque commerciale peut durer pour toujours tant que vous continuez à vendre des produits qui maintiennent la revendication et vous empêchez les autres à faire de même.

La première marque commerciale d’Isolda semble cibler une grande partie de ce que les artistes pourraient créer, y compris des livres et des impression—bien que j’ai du mal à voir comment elle pourrait interdire les œuvres originales réalisées dans le style de Frida par un autre artiste. Les marques ultérieures inlcluent un peu de tout: jeux, poupées, boissons alcoolisées, et coupe-cigares parmi d’autre produit.

En 2008, toutes ces marques avaient un nouveau propriétaire, Frida Kahlo Corporation. Cette entreprise donne l’impression qu’elle seule doit décider de la manière dont les images de Frida peuvent être utilisées. Elle semble saisir toutes occasions pour stopper la créativité des artistes indépendants s’il y a un soupçon de Frida dans leur art.

l’art de Nina Shope
une des poupée de Nina Shope’s, photo par Daniel James

Un exemple typique: Frida Kahlo Corporation a envoyé à Etsy un avis de retrait affirmant que certaines des poupées créées par l’artiste américain Nina Shope, comme celle montrée ci-dessus, violaient la marque commerciale de l’entreprise. Etsy a respecté l’avis en enlevant les poupées de la boutique de Shope, mais l’artiste a décidé de se défendre. Shope poursuit Frida Kahlo Corporation devant un tribunal fédéral.

Pourquoi c’est important:

Sur un plan superficiel, si vous créez de l’art inspiré par Frida, cela va évidemment vous intéresser, mais des questions plus profondes sont également en jeu.

Si la créativité d’un artiste n’entre jamais vraiment dans le domaine public—ce qui est maintenant le cas pour l’art de Frida—nous en souffrons tous. Notre patrimoine culturel reste bloqué en “mode de marchandisation” où quelqu’un gagne de l’argent avec cette créativité. Il ne se retrouve jamais en “mode soupe créatif” où nous sommes tous nourris par cette créativité pour aider l’humanité à imaginer un nouvel avenir.

Au-delà de tout cela, on se demande ce qu’un artiste peut faire pour protéger l’esprit de son art après sa mort. La cupidité d’Isolda Pinedo Kahlo et de Frida Kahlo Corporation me laissent perplexe:

  • Est-ce juste que quelqu’un en dehors de l’artiste décide comment monétiser son art?
  • Comment déterminer qui est réellement qualifié pour s’occuper de l’œuvre d’un artiste après sa mort?

Ces considérations ne sont que quelques-unes des raisons pour lesquelles je mets tout mon art dans le domaine public. En mettant l’accent sur le fait que je n’essaie pas de contrôler mon art et en célébrant les artistes qui me copient, j’espère me protéger contre une future entreprise qui voudrait se déclarer l’autorité sur tout ce qui est Gwenn Seemel.

Ce n’est peut-être pas possible de remonter dans le temps pour persuader Frida à libérer son art, mais on peut fêter les héros d’aujourd’hui: Nina Shope pour son courage en faisant face au Frida Kahlo Corporation et son avocat, Rachael Lamkin.

Il est important de mentionner l’avocat ici, car la déclaration de mission de Lamkin me fait pleurer de joie en tant que défenseur de la culture libre. Entre autres choses, l’existence d’un avocat comme Lamkin me donne l’espoir que nous pourrons un jour mettre fin au fléau des faux avis de retrait, et pas seulement sur Redbubble.


Ce billet de blog vous fait-il penser à quelque chose? Vous avez une question à propos de mon art ou ma carrière? Vous voulez dire bonjour?

CONTACTER


Inscrivez-vous à ma liste de diffusion spéciale pour recevoir un email chaque fois que je publie un nouvel article.

S’ABONNER


Si vous avez apprécié ce billet de blog, Ko-fi vous permet de faire un don. Chaque dollar vaut un milliard pour moi!

POURBOIRE