Blog / 2012 / Comment Mettre un Prix sur l’Art

12 juin 2012

Pour décider sur les tarifs pour votre art, il y a quatre questions à examiner:

  1. Qu’est-ce que le marché permettra?
  2. La première étape, c’est de voir ce que les autres artistes—ceux qui ont une Ĺ“uvre qui ressemble à la vôtre—ont comme tarifs. Les points de comparaison pour déterminer quels artistes il faut regarder comprennent le médium, le genre, et le style mais aussi le CV. Est-ce que ces artistes ont plus de presse que vous? Est-ce que ces artistes sont affiliés à des institutions comme des universités, des galeries, ou des musées?

  3. Quelle somme pourra payer pour votre temps et votre expertise?
  4. Évaluer combien de temps cela vous prend pour créer vos œuvres peut aussi aider à fixer un prix, et reconnaître votre investissement peut vous aider à obtenir un rendement sur cet investissement.

  5. Qu’est-ce qu’il vous faut pour avoir une démarche optimale?
  6. Si vos tarifs sont assez bas et votre travail assez bien, vous aurez probablement plus de ventes que vous ne pouvez gérer raisonnablement. Et c’est ainsi qu’on commence à se sentir pressé dans le studio—quelque chose qui, tout en étant sympathique côté finance et agréable côté ego, ne favorise pas la créativité dans le long terme. Si vous demandez un peu plus, c’est possible que vous vendriez moins d’œuvres, mais ce que vous vendrez sera fait avec plus d’espace et de temps et de santé mentale, et tout ça conduit à une diminution de burnout et une augmentation de joie.

  7. Qu’est-ce que vos tarifs suggèrent au sujet de votre art?
  8. Peu importe la qualité de l’art à 100 euros, ça reste de l’art 100 euros. Ce que je veux dire par là c’est que ce n’est pas possible d’apprécier une œuvre d’art sans son contexte—le lieu où elle est présentée, la réputation de son créateur, la manière dont le public et les critiques en parlent, et, bien sûr, l’étiquette de prix. Tout ce contexte figure dans la valeur perçue d’une œuvre d’art, et la valeur perçue est la seule sorte de valeur qui compte. La valeur soi-disant intrinsèque est le domaine de ceux qui ne comprennent pas comment la société et la psychologie marchent.

    En 2008, j’ai haussé mes tarifs en augmentant l’écart entre mes offrandes de différentes tailles. Au début, ce changement m’a terrifié, mais j’ai vite trouvé un tout nouveau public pour mon art, des gens qui ont noté l’amélioration de mes prix et ont jugé mes œuvres plus attirantes. Ce qui veut dire que, dans des limites raisonnables, le prix lui-même peut rendre une œuvre d’art plus ou moins précieuse.

portraits assortis faits sur commande
Gwenn Seemel
Curnis et Becky
2010
acrylique sur toile
43 x 66 centimètres (les deux ensemble)

La question des tarifs est compliquée. On me dit que mes prix sont trop élevés, et on me dit qu’ils sont trop bas. Et chaque fois que quelqu’un fait une remarque sur les sommes que j’attribue à mon art, je suis d’accord avec eux de tout cœur!

Mais ce que je peux dire avec toute confiance, c’est que gagner de l’argent avec votre art ou, plus précisément, gagner le bon montant d’argent avec votre art est essentiel pour la création de l’art. Une pratique artistique qui se fait payer est une pratique artistique qui dure. Et avoir une pratique artistique qui dure est la meilleure manière de produire de l’art avec une certaine richesse, une profondeur incontestable, et une vitalité.

S’ABONNER!

Recevoir un message chaque fois que je publie un nouvel article. Envoyez-moi un email pour vous inscrire.

CONTACTER

SOUTENIR MON ART!

Les micro-dons sont le carburant qui fait marcher cette machine à créativité. Je reçois chaque dollar comme un milliard de dollars.

DONNER