Blog / 2011 / Imitateur? Oui. Innovateur? Peut-être.

29 novembre 2011

L’art et toute la culture évoluent avec des imitations imparfaites au fil du temps. On a peut-être l’impression que c’est les innovations qui aident la culture à développer, mais les innovations ne sont que des imitations imparfaites qui se produisent comme des améliorations de la forme ancienne.

De plus, l’imitation sans l’innovation favorise la culture aussi. Il faut beaucoup d’imitation pour qu’un morceau de culture commence à avoir une valeur dans la société et pour qu’il puisse se faire imiter assez pour être imité avec une amélioration. L’imitation pure crée un contexte pour les bouts de culture, et ce contexte encourage l’évolution et l’épanouissement de la culture.

Ce qui veut dire que l’art mourrait sans l’imitation.

Cette idée est difficile pour certains artistes à digérer. Lorsque je soulève l’importance de la copie dans la création de l’art, on me regarde comme si j’avais perdu les pédales et on me dit “eh bien, vous pouvez imiter si vous voulez, mais, moi, je crée.”

Et je comprends l’angoisse. Les artistes ont envie de se voir comme des inventeurs de quelque chose de complètement nouveau. Et c’est vrai que nous sommes tous uniques dans une certaine mesure. Ceci dit, c’est une erreur que d’essayer de supprimer le rôle de l’imitation dans l’art.

copie de la Nuit Étoilée de Van Gogh faite par une adolescente
Gwenn Seemel
Ma Nuit Étoilée
1995
acrylique sur bois
46 x 56 centimètres
(Voir d’autres œuvres que j’ai créé au lycée dans cette galerie.)

Je reconnais l’imitation dans mon œuvre:

  • J’imite quand je mets de la peinture sur toile.
  • Si personne ne l’avait jamais fait, il n’y aurait pas de contexte pour le faire. Dans un monde sans peintures, mes œuvres ne seront vues ni pour leurs sujets ni pour leur technique. Elles feront probablement peur au gens. Soit on les verrait comme ridicule soit on serait émerveillé en voyant du pigment dans un médium étalé sur une toile.

  • J’imite quand je peins des portraits.
  • Ils existent des cultures qui n’aiment pas le portrait, mais, dans celles qui ont un contexte pour ce genre, mon œuvre est souvent appréciée.

  • J’imite d’autres artistes.
  • Van Gogh était une influence importante quand j’étais au lycée, mais, même aujourd’hui, je continue à copier d’autres artistes ici et .

  • J’imite les hachures de la gravure dans ma peinture.
  • J’ai développé mon style au départ après avoir suivi un cours en gravure quand j’étais ado. J’ai traduit les méthodes d’un médium pour les utiliser dans un autre.

  • J’imite quand je créer des œuvres dérivées.
  • Ceci est essentiel dans ma démarche artistique. Beaucoup de mes tableaux n’ont pas un sens sans l’existence de l’œuvre originale que je remixe. Ma série Apple Pie contient plusieurs œuvres dérivées, des tableaux crées à partir de la propagande, des bandes dessinées, des dessins animés, des icônes culturelles, et des œuvres d’autres artistes.

Est-ce que je suis un innovateur? Est-ce que mes imitations sont assez imparfaites? Sont-ils une amélioration de ce qui est venu avant? Peut-être oui, peut-être non.

Tout ce qui est certain est que tous les artistes imitent, même s’ils n’innovent pas.

Et puisque c’est le cas, comment peut-on prétendre qu’on possède les œuvres qu’on crée? Comment peut-on empêcher les autres d’imiter la culture qu’on crée? Et comment le droit d’auteur peut-il bénéficier la culture et les artistes?


Ce billet de blog vous fait-il penser à quelque chose? Vous avez une question à propos de mon art ou ma carrière? Vous voulez dire bonjour?

CONTACTER


Inscrivez-vous à ma liste de diffusion spéciale pour recevoir un email chaque fois que je publie un nouvel article.

S’ABONNER


Si vous avez apprécié ce billet de blog, Ko-fi vous permet de faire un don. Chaque dollar vaut un milliard pour moi!

POURBOIRE