Blog / 2014 / Ce Qui Séduit dans l’Hyperréalisme

20 mars 2014

Pour certaines personnes, la peinture hyperréaliste représente tout ce qu’il y a de beau dans l’art. Plus on a du mal à deviner si c’est une photo ou un tableau, plus ils adorent. Mais même si ce n’est pas à mon goût, je crois comprendre la logique derrière cette admiration. Pour autant que je sache, l’inérêt pour les artistes et le public se trouve dans ces trois aspects de l’hyperréalisme:

  1. Les compétences nécessaires pour créer une œuvre.
  2. Dans un monde où n’importe quoi peut être de l’art du moment où l’artiste le veut, la discipline de l’hyperréalisme séduit. Il met son public à son aise. L’hyperréaliste fait quelque chose de vraiment difficile, et cette difficulté est la preuve que c’est de l’art—vraiment.

  3. La possibilité de dire objectivement si oui ou non la peinture est correcte.
  4. C’est rassurant de pouvoir être sûr de la bonne réponse. Avec d’autres sortes d’art, lorsque quelqu’un explique l’effet que ça donne pour lui, il dit au moins autant sur lui-même que sur l’œuvre, et cela peut intimider certains. Avec l’hyperréalisme, l’opinion ressemble souvent à un simple fait, puisqu’on peut répondre facilement à la question “est-ce correcte ou pas?” sans se soucier de toutes les nuances de la composition.

  5. Le côté méditative de cet art.
  6. En tant qu’artiste, je comprends l’envie et le besoin d’être présent et attentif, de se plonger complètement dans son travail, donc je crois comprendre le côté méditatif de créer une peinture hyperréaliste. Mais en tant que membre du public, “méditatif” se traduit presque toujours en “ennuyeux” pour moi.

Eloy Morales Painting in my Head
Eloy Morales Painting in My Head 2012

Ce que je préfère dans les peintures hyperréalistes sont les parties qui révèlent que ce n’est pas une photo. Dans cette œuvre par Eloy Morales, je ne m’intéresse que par la façon dont les extrémités des cheveux semblent fondre un peu. C’est probable que l’artiste ne faisait que copier ce qui était flou sur la photo à cause d’une faible profondeur de champ, mais je préfère le voir comme une imperfection et quelque chose de beau! En fait, c’est le seul élément de ce tableau qui m’intéresse.

Alyssa Monk Window II
Alyssa Monk Window II 2011

Normalement, les compétences de l’artiste hyperréaliste ne m’impressionnent pas, mais l’art d’Alyssa Monk me touche. J’arrive à apprécier sa maîtrise de texture. Pourtant, même l’art de Monk me laisse perplexe. Le refrain reste: pourquoi pas tout simplement prendre une photo? La peinture n’a pas besoin de faire semblant d’être un autre médium: elle n’a qu'à être la peinture.

S’ABONNER!

Recevoir un message chaque fois que je publie un nouvel article. Envoyez-moi un email pour vous inscrire.

CONTACTER

SOUTENIR MON ART!

Les micro-dons sont le carburant qui fait marcher cette machine à créativité. Je reçois chaque dollar comme un milliard de dollars.

DONNER