Blog / 2014 / Traiter Mon Endométriose: la Pilule et NuvaRing

6 mars 2014

Pour fêter le mois de sensibilisation à l’endométriose, j’ai décidé de partager en détail le chemin que j’ai fait et que je continue à faire pour retrouver ma santé. Lorsque j’ai reçu le diagnostic, je me souviens d’avoir cherché des histoires semblables à la mienne. Chaque femme souffre de cette maladie à sa manière, je le savais, mais j’avais tellement envie de conseils et de flèches lumineuses. J’espère que mon histoire aidera d’autres femmes à faire de bons choix.

J’ai subie ma première opération par laparoscopie en Septembre 2009. Il y avait quelque temps que je n’avais pas vu de médecin malgré les symptômes d’endométriose qui m’affectaient depuis des années. Peu de temps après l’opération, le gynécologue a essayé de me persuader de faire une cure de leuprolide. Il voulait absolument arrêter mon système reproducteur afin de donner à mon corps un repos pour guérir.

Ce n’était pas la première fois que j’avais entendu parler de ces traitments radicaux aux hormones. Mon père a survécu deux fois au cancer de la prostate, et il a fait une cure de leuprolide la deuxième fois. J’avais à l’esprit les effets du médicament sur mon Papa et, franchement, il me semblait complètement idiot d’infliger une ménopause à mon corps de 28 ans pour m'aider à récupérer.

En fait, j’ai refusé tout traitement pharmaceutique pendant cinq mois après l’opération. Puis, une échographie a révélé de nouveaux kystes, et mon gynécologue m’a indiqué que je devais commencer à prendre la pilule immédiatement si je ne voulais pas avoir une autre intervention chirurgicale dans l’année. Je lui ai expliqué que j’avais pris la pilule pendant quinze jours quand j’avais 19 ans et que les hormones m’avaient volé tous mes arcs-en-ciel. Mon médecin a insisté.

Je l’ai donc fait. Mais j’ai aussi commencé à suivre mes symptômes sérieusement.

diagramme
Télécharger le PDF du diagramme complet.

En notant toutes les douleurs et tous les problèmes, j’ai pu me détacher un peu de ce qui se passait, ce qui m’a énormément aidé. J’étais une scientifique qui faisait une expérience avec son corps, au lieu d’une victime sans espoir.

Au cours des huit mois suivants, j’ai essayé deux types de contraceptifs oraux. Au-delà du fait que je ne trouvais plus mes arcs-en-ciel, je souffrais de migraines pires que jamais, j’avais de terribles nausées pendant huit ou quinze jours chaque mois, j’étais prise de vertige assez souvent, et ma douleur pelvienne continuait. Les pilules quotidiennes étaient du poison quotidien, et j’avais les diagrammes pour le prouver. Je pouvais revenir sur mes notes et voir clairement que je n’exagérais pas.

diagrammes

Il est vrai que je n’ai jamais été une fan de la pilule. Elle m’a toujours semblé comme la version Barbie de la contraception: il suffit d’avaler un joli petit comprimé et vous êtes guérie! Pas besoin d’en apprendre davantage sur le fonctionnement de votre corps ou, pire encore, sur le fonctionnement du corps de votre partenaire; pas besoin de toucher les fluides corporels. Je sais que les contraceptifs oraux sont historiquement importants pour la libération des femmes, et je sais qu’ils ont beaucoup changé depuis leur invention, mais cela ne me donne pas envie d’en avaler un tous les jours.

À l’échographie suivante, qu’avons-nous découvert? Une cavité pelvienne débordante d’endométriomes malgré la pilule. Heureusement, mon gynécologue était accompagné d’un autre médecin qui apprenait la chirurgie par laparoscopie sous sa direction (parce que mon gynécologue est un chirurgien réputé). L’autre médecin était déjà gynécologue depuis un certain temps, et, après avoir m’entendu parler de ma réaction à la pilule, elle a suggéré NuvaRing.

J’ai commencé à l’utiliser immédiatement, et le monde a changé du jour au lendemain. NuvaRing contient une très faible dose d’horomones et la dose est mise directement là où c’est nécessaire. Avec ce traitement ciblé, mes arcs-en-ciel ont pu revenir. J’étais à nouveau parmi les vivants! J’étais aussi parmi les femmes qui aiment NuvaRing mais pour lesquelles toutes formes d’hormones causent de l’hypertension artérielle. Il fallait trouver un autre traitement.

S’ABONNER!

Recevoir un message chaque fois que je publie un nouvel article. Envoyez-moi un email pour vous inscrire.

CONTACTER

SOUTENIR MON ART!

Les micro-dons sont le carburant qui fait marcher cette machine à créativité. Je reçois chaque dollar comme un milliard de dollars.

DONNER